• BD - Gorn

    BD - GornDans un monde de fantasy relativement classique, un jeune et beau châtelain voit son fief assiégé par une armée d'humanoïdes bestiaux et sanguinaires : les Yeux Rouges (des orques, pour ce que l'on peut en dire). Bien qu'excellent combattant, Gorn, le chevalier, se fait piéger en quittant le front pour s'assurer que sa belle, Eliette, est en sécurité. Mort au combat, son corps est transporté par de rares survivants dont sa promise et sa filleule, la demi-elfe Eloïse, jusqu'à une vieille tour en lisière de son domaine. Là, la châtelaine passe un pacte avec des démons des enfers pour qu'ils lui ramènent son époux. Mais les démons, c'est bien connu, sont peu fiables et plutôt que de rendre vie au corps meurtri de Gorn, ils choisissent de faire revenir son âme immortelle sous la forme d'un spectre pâle aux yeux blancs, translucide mais qui peut manier l'épée. 

    La série évoque donc l'amour impossible du défunt chevalier, ses pérégrinations héroïques pour oublier celle qui l'a repoussé, ses rencontres et ses combats pour libérer le royaume des terribles Yeux Rouges, dont le rôle deviendra quasiment mystique au terme de la série. Tiburce Oger, scénariste et dessinateur de la série, nous livre une fresque épique en accord avec les classiques du genre, riche en combats, en traîtrises, mettant en avant des sentiments comme la compassion, la camaraderie, l'honneur et la fidélité. Mais si le point de départ est une histoire d'amour maudite dans la plus pure tradition grecque, la trame au fil des épisodes retrace plutôt le combat des mortels pour se libérer de l'emprise des dieux et prône, en ce sens, un certain athéisme. Tout en n'innovant pas tellement, l'auteur parvient à rendre sa saga intéressante par la façon dont il traite les thèmes récurents.

    Le dessin, les couleurs et les textes s'améliorent au fil des albums pour atteindre un niveau plus que satisfaisant. Les personnages, un peu artificiels au début, gagnent en profondeur au fil de leurs aventures et que sont dévoilées de nouvelles facettes de leur passé ou de leur personnalité. Difficile, cependant, de retirer de Gorn des éléments novateurs pour un jeu de rôle. La géographie reste trop indéfinie pour que l'on puisse exploiter l'univers de la série et les éléments utilisés se retrouvent déjà dans la grande majorité des univers de fantasy. La seule originalité est de mettre en scène un spectre et ouvre donc de nouvelles pistes pour des personnages défunts, mais de nombreux volumes de D&D, notamment, abordent déjà ce thème. Il n'en reste pas moins que Gorn est une série agréable à lire et à relire, qui s'étend sur douze volumes (Vents d'Ouest) et qui a donné naissance à une série connexe, Dame Gorge (deux tomes), qui retrace la jeunesse de l'un des personnages secondaires.

    « D&D 3.5 (Terres du Milieu) - Meurtre à Dol-AmrothCasus Belli #2 »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :