• BD - Les démons d'Alexia

    BD - Les démons d'AlexiaAlexia est une jeune femme, sans doute pas encore dans la trentaine. Jolie, blonde, elle a développé depuis son enfance des facultés d'exorcisme : elle sent la présence des démons et apprend à lutter contre eux. Mais ce n'est pas tout. Elle est aussi l'héritière involontaire des sorcières de Salem et couve donc en son sein les germes du mal. Au début de la série, elle est repérée et engagée par le CRPS, le Centre de Recherche des Phénomènes Surnaturels. Située en France, cette vénérable institution est financée par les Etats pour mener, en toute discrétion, la lutte sur le front occulte. Historiquement, elle fut menée d'une main de fer par les descendants de l'inquisiteur qui mit un terme apparent aux manifestations de sorcellerie dans la région de Salem, aux Etats-Unis, mais un drame survenu en 1985 a coûté la vie à 42 scientifiques et experts des forces occultes au cœur du Centre et a même condamné toute une aile du bâtiment (la zone 85). Depuis, un nouveau directeur a tenté de moderniser le CRPS. C'est du moins la situation initiale, au début de la série.

    Les agents du CRPS sont tous des spécialistes : exorcistes, médiums, nécromants, archéologues, théologiens, alchimistes... Ils tentent d'aborder les phénomènes occultes comme des scientifiques et veillent avant tout à conserver le fragile équilibre entre le monde occulte et le monde "normal". Des agents dans le monde entier leur signalent les phénomènes inexpliqués ou paranormaux et le CRPS envoie alors ses employés sur site afin de résoudre le mystère ou de mettre un terme aux activités occultes nuisibles. Des morts inexpliquées en Louisiane ? Un vol impossible dans un musée ? Des phénomènes étranges dans un village de montagne ? Des disparitions inquiétantes ? Le CRPS sera sans doute appelé. La discrétion est le maître mot de ses agents, bien aidés par les autorités des pays qui financent le projet. Les agents agiront toujours sous couverture. Il ne faut pas que les gens sachent à quel point leurs certitudes sont fausses...

    Dans cette série comptant huit tomes (mais apparemment terminée), Alexia va vivre des aventures palpitantes et terrifiantes. Dans le premier cycle (quatre tomes), elle va renouer avec ses racines ancestrales, être l'objet d'une cabale et passer du statut de jeune première à celui de directrice du CRPS en passant par celui de fugitive. Elle en apprendra plus sur elle-même et apprendra à vivre avec sa dualité profonde (elle est à la fois exorciste et sorcière, adepte de la magie blanche et de la magie noire). Les histoires sont racontées avec brio et dessinées avec soin, dans un style épuré et cartoon qui peut surprendre mais qui colle finalement assez bien avec l'histoire. On retrouve Ers au dessin et Dugomier au scénario. Les démons d'Alexia sont édités chez Dupuis

    Il semble très facile de transposer les histoires des bandes dessinées dans un jeu de rôle occulte contemporain (en évitant toutefois l'Appel de Cthulhu, quoique) comme Chill, Maléfices ou autres. Le CRPS est un excellent employeur pour des PJs occultistes et peut générer quantité de missions qui changeront du sempiternel courrier de l'oncle Johnson. Les différents spécialistes en son sein sont autant de "classes de personnage" qui se compléteront utilement en fonction des circonstances et les mystères qui entourent le centre lui-même peuvent agir comme une méta-intrigue d'excellente facture. Le monde parallèle décrit dans les bandes dessinées, Yorthopia, peut faire référence aux contrées du rêve de Lovecraft ou à un akasha dans Nephilim.

    En conclusion, je conseille fortement la lecture de cette série à tous les amateurs de jeux de rôle occultes contemporains.

    « DVD - Event HorizonCinéma - Warcraft : le commencement »

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :