• Casus (em)Belli(t) encore !

    Casus (em)Belli(t) encore !C'était en août 2010, autant dire il y a une éternité. Le Casus Belli nouveau, floqué du numéro 1 généralement dévolu aux champions du monde en titre, sortait dans les bonnes librairies et comme j'habite à dix centimètres d'un débit de presse et que je suis courageux, me prenait l'envie de m'abonner. Nous sommes en décembre de l'an de grâce 2011, autant dire maintenant. Le Casus Belli nouveau, suivi comme un bon soldat par son charmant numéro 1, arrive dans ma boîte aux lettres tout enrobé de cellophane et d'émotion. Tiens, j'ai pourtant encore envie de m'abonner. C'est grave, docteur ?

    Non, pas trop. Il faut dire que la Belle a des arguments à faire valoir. Une fois son format "mook" (bien pratique au demeurant) digéré, le magazine historique des rôlistes francophones réussit le coup de génie de mettre les anciens lecteurs à l'aise : à peine ouvert, on a l'impression de déjà connaître tous les recoins de ce premier numéro. Il faut dire que les petits plats débordent des grands : plus de 250 pages, infographie de qualité, illustrations magnifiques, pas tellement de publicités, mais ce n'est là que cosmétique. L'important, c'est de pouvoir se noyer dans le magazine comme dans un vieux divan.

    On retrouve ainsi bon nombre de rubriques qui ont fait date dans l'histoire de Casus Belli, dont le Portrait de Famille, souvent imité, jamais égalé, qui retrace l'actualité mais aussi le passé d'une gamme en passant en revue ses principaux ouvrages, les brèves, les critiques, les scénarios, les aides de jeu, etc. Mais le clin d'oeil aux anciens ne s'arrête pas là, car font également partie du Livre de Base les visages bien connus de Monghol & Gotha, les deux petits guerriers à la tête d'oeuf (ou de banane) et Kroc-le-Bô, le gobelin au score en Charisme le plus élevé de la galaxie, ce au rayon bandes dessinées. 

    Certes, je n'ai pas encore tout lu, mais rien qu'à savoir que des vieux briscards comme Didier Guisérix, Tristan Lhomme ou encore l'inénarrable Croc ont participé au rituel de résurrection, je me dis que la créature ainsi animée doit être des plus agréables à dévorer du coin de l'oeil. De plus, je tiens à féliciter personnellement deux compères  qui font aussi partie de l'histoire de mon club de jeux, les Forgeurs de Rêves, et dont le nom revient à quelques endroits dans cet opus : Thomas "Kilakato" Bra et Christophe "Tirodem" Gérard, pour le jeu Mississippi et son scénario inédit. Bravo à eux. 

    Allez, on espère que ça ne portera pas préjudice à l'équipe en place, mais on se prend à vouloir, comme il y a plus d'un an, souhaiter longue vie à Casus Belli ! Et même à s'abonner. Mais j'ai peur de déclencher la malédiction... Encore...


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    1
    kahlong
    Jeudi 8 Décembre 2011 à 23:13

    Le nouveau Casus c'est comme le gouvernement Belge, on prend les même, on leur donne du taf et c'est reparti comme en 2010 

    2
    Vendredi 9 Décembre 2011 à 08:10

    @Kahlong : sauf que le gouvernement, on a quand même voté pour les élus. Même si ça fait tellement longtemps qu'on ne s'en souvient plus et qu'on se demande qui a voté pour De Crem ou De Block. Non, je suis assez séduit par cette nouvelle mouture.

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :