• DVD - Apollo 18

    DVD - Apollo 18La dernière mission Apollo, dont le nom reste associé au premier homme sur la lune avec le célèbre Apollo 11, porte officiellement le numéro 17. Depuis, plus aucun homme n'a posé le pied sur notre satellite. C'est du moins la version officielle. Car il y aurait bel et bien eu une mission Apollo 18, classée "top secret". Plus de quatre heures d'enregistrement en témoignent dans les archives de la CIA et de la NASA. Bien entendu, les plus hautes instances démentiront l'existence de cette mission et jusqu'au lancement d'un module habité. Les trois astronautes concernés par ce vol auraient d'ailleurs perdu la vie en mission à différents endroits du globe... C'est en gros le pitch de ce film, fort justement baptisé Apollo 18 et réalisé par Gonzalo Lopez Gallego. A l'affiche, les noms les plus connus sont Warren Christie, Lloyd Owen et Ryan Robbins. Aucune "pointure", donc.

    Le film essaie de nous refaire le coup du Blair Witch Project, à savoir de nous faire croire que les images ont réellement été tournées dans le cadre de la mission Apollo 18 et sont arrivées entre les mains de quelques individus qui ont décidé de publier l'information. D'entrée de jeu, on nous renvoie vers le site www.lunatruth.com, un site volontairement à l'ancienne, regroupant divers documents officiels de la CIA, de la NASA, des manuels de modules spatiaux, des photos historiques et une petite histoire qui tend à faire penser que les services secrets américains ont tout tenté pour faire capoter un rapprochement entre USA et URSS en pleine guerre froide dans le cadre d'un programme de découverte de vie extraterrestre. Le buzz n'a visiblement pas pris et le film, sorti en octobre 2011, n'a pas vraiment conquis le public.

    L'histoire n'en est pas pour autant inintéressante. Trois astronautes sont appelés pour une mission classée secret défense, consistant officiellement à déposer sur le pôle nord lunaire des caméras et des outils de surveillance destinés à étudier les mouvements russes dans l'espace. Un pilote attend dans la navette pendant que ses deux compères alunissent dans leur module. Très vite, des choses étranges se passent à la surface du satellite. De curieuses interférences brouillent les capteurs et des spécimens rocheux semblent animés d'une vie propre. Les restes d'une ancienne mission russe sont découverts non loin de là, ainsi qu'un corps de cosmonaute au casque troué. On comprend alors que quelque chose ne tourne pas rond et la présence d'êtres inconnus est bientôt confirmée. Houston refuse évidemment de rapatrier les deux hommes, dont l'un est contaminé par un mal étrange et on comprend alors que personne ne sortira vivant de ce bourbier lunaire...

    Les extraterrestres ne sont jamais réellement montrés, mais on comprend qu'il s'agit d'une espèce à mi-chemin entre l'insecte et le règne minéral. Des cailloux capables de déployer pattes et mandibules, de pénétrer les matériaux les plus solides et de prendre le contrôle des corps en s'introduisant en eux. Il en existe de toutes les tailles. Le film se termine sur une note indiquant que des pierres lunaires ont été ramenées sur terre en grandes quantités et distribuées à des hommes d'état, des collectionneurs ou furent même dérobées, laissant ainsi supposer que bon nombre de nos concitoyens terriens sont probablement contaminés. On ne peut pas dire que le film soit mal réalisé. C'est un ensemble cohérent, supposé montrer des archives prises par diverses caméras dans les appareils, les modules, sur les casques des astronautes ou des archives familiales. Pourtant, ce procédé a ses limites car bon nombre de prises de vue ne peuvent tout simplement pas exister de ce point de vue, comme celles du module russe, réactivé par les astronautes, ou celles de caméras cassées quelques secondes plus tôt lors de la bagarre dans le module américain.

    Au final, on a une bonne histoire, qui peut servir de point de départ pour une campagne de science-fiction ou d'épouvante. Les créatures peuvent en effet avoir rejoint la terre et se répendre en grand secret. On peut imaginer les efforts de la CIA pour taire ces révélations et l'agence spatiale américaine travaillant main dans la main avec son homologue russe pour tenter de comprendre ce qui s'est réellement passé... Cela peut servir de base à un scénario pour Stargate, pour l'Appel de Cthulhu ou pour le Monde des Ténèbres, mais en réalité, n'importe quel jeu contemporain ou de légère anticipation peut faire l'affaire. C'est aussi un peu le point faible du film : il ne peut avoir d'intérêt que par rapport à ce que l'on en fait après. En tant que tel, c'est un divertissement moyen, attendu et sans réel attrait. Mais ce n'est pas non plus un mauvais film. Alors, regardez-le et faites-vous votre propre idée.

    « Casus Belli #2PC - Trine »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :