• Le jeu de rôle, qu'est-ce que c'est ?

    Allez, avouez-le. Vous avez déjà tous pratiqué le jeu de rôle.

    Mais siiiii.


    Work in progressBon, peut-être que ça ne se vendait pas en épais grimoires remplis de caractères écrits tout petit, qu'on ne lançait pas de dés et que ça ne vous amusait pas des masses. Mais c'était du jeu de rôle. J'en suis sûr.

    A l'école, au cour d'anglais, de néerlandais ou même de français. On vous a déjà demandé d'improviser sur un thème donné, devant toute la classe. Le professeur vous a attribué des rôles ("Jean, tu es le magasinier. Thomas, tu es le client. Tu dois demander où se trouvent les bouteilles de lait. Jean, tu lui réponds."). Et l'exercice était lancé.

    Ah ben voilà ! Vous avez déjà joué au jeu de rôle, je me disais bien. Si ça ne vous dit rien, remontez encore plus loin dans votre enfance. Vous vous revoyez, avec cette tenue ridicule, occupé à courir après votre petite soeur ou derrière le voisin, une hache en plastique à la main ? Vous étiez le grand chef apache et votre adversaire un vilain visage pâle. Ou un chevalier du zodiaque traquant les méchants. D'accord, vous avez saisi.

    Ces deux exemples sont du jeu de rôle. Une forme épurée, simplifiée, mais tous les éléments s'y retrouvent.

    Dans le jeu de rôle tel que nous l'entendons, l'exemple du magasin peut être interprété de cette façon :

    Le professeur est le maître du jeu. Il pose les conditions de départ et arbitrera la façon dont la conversation va avoir lieu. Le scénario, bien qu'un peu ennuyeux, propose à un personnage, le client, de trouver des bouteilles de lait dans un supermarché. Il va, pour cela, devoir faire appel à un autre personnage, le magasinier. Les deux élèves sont des joueurs. Leurs personnages, personnages des joueurs, sont appelés personnages-joueurs. Si d'aventure le professeur avait joué lui-même le rôle du magasinier, on aurait appelé son personnage un personnage non-joueur.

    Le scénario, on l'a dit, est un peu simpliste et pas vraiment trépidant. Mais imaginez que soudain, une horde de zombies débarque dans le supermarché... Là, vous avez déjà quelque chose de plus intéressant.

    Dans le jeu de rôle tel que nous l'entendons, celui dont il sera question en ces pages, on ne se met pas debout devant toute la classe. On reste sagement assis autour de la table à siroter un soda et à manger des chips (ou des carottes, c'est plus sain).

    Dans le jeu de rôle tel que nous l'entendons, il n'y aura pas de professeur. Le maître du jeu est un joueur qui doit aussi prendre plaisir à ce qu'il fait. Il reste cependant l'arbitre lors des conflits et le garant des règles.

    Des règles ? Oui. Car dans un jeu de rôle, il faut bien savoir, à un moment donné, si ce que fait un personnage est réalisable ou pas. Imaginons que, après l'invasion des zombies dans le supermarché, votre personnage décide de crocheter la serrure du bureau de la direction pour s'y cacher. Comment savoir s'il y parvient ? La serrure va peut-être céder, mais peut-être pas. Lorsque l'une des actions entreprises par un personnage a une chance d'échouer, on procède à un test. Les jeux de rôle du commerce ont tous leurs règles bien à eux pour gérer ces cas-là. Et souvent, on se contente de lancer un dé et de faire appel aux capacités attribuées au personnage avant le début de la partie.

    Oui, mais si c'est un jeu, qui gagne ?

    Personne et tout le monde à la fois. Le plaisir du jeu de rôle ne réside pas dans le fait de remporter la victoire ou d'écraser ses adversaires. Tous les joueurs (en règle générale) jouent dans le même camp et le maître du jeu n'est pas leur ennemi, mais celui qui raconte l'histoire. Même s'il devra aussi jouer les méchants. Le plaisir, c'est de jouer. De vivre une histoire intéressante. De s'imaginer la scène dans sa tête. De donner de la substance à son personnage imaginaire. Le plaisir, c'est de jouer un rôle (d'où le nom).

    Bien sûr, si les personnages relèvent tous les défis, se couvrent de gloire et épousent la reine des zombies, tant mieux pour eux.

    Ah, bien entendu, il serait dommage de se quitter sans vous dire que les histoires de zombies dans les supermarchés ne sont pas les seules que l'on vous proposera. Certaines histoires ne se dérouleront pas dans les supermarchés et n'auront aucun rapport avec des morts-vivants. Si vous voulez incarner un guerrier dans la Rome antique, un magicien tel Gandalf dans le Seigneur des Anneaux, un vampire comme Dracula, un agent secret comme James Bond, un contrebandier de l'espace comme Han Solo, libre à vous. Enfin, si le maître le veut bien...

    Le jeu de rôle, c'est une infinité d'univers pour une infinité de personnages. Une infinité d'histoires pour un plaisir sans cesse renouvelé.

    La seule limite, a-t-on coutume d'écrire, c'est votre imagination...
      

    A voir aussi : la description du jeu de rôle par la Fédération Française de Jeu de Rôle  

    Et à entendre : mon reportage, diffusé dans l'émission "Transversales", sur La Première (RTBF). Il est compressé et en quatre parties (ZIP), mais vous pouvez aussi cliquer sur le titre de l'émission.

    Télécharger la première partie

    Télécharger la deuxième partie

    Télécharger la troisième partie

    Télécharger la dernière partie


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Décembre 2010 à 16:04

    Bonjour,
    Je n'ai pas encore tout visité, ni écouté le reportage, mais cet article me plaît bien :-)  C'est vraiment une très bonne façon de parler du jeu de rôle : un jeu d'imagination et de rêve, comme les jeux d'enfants. Je repasserai, c'est sympa par ici !

    2
    Jeudi 16 Décembre 2010 à 18:47

    Bienvenue et merci !

    3
    louloute 07
    Mardi 24 Mai 2011 à 14:14

    OUAIIII !!!

    VIVE LES JEUX DE RÔLE !!!

    MOI, JE JOUE A "DONJON ET DRAGON" !!! C'EST UN JEUX AVEC DES GRIMOIRE ECRIT EN TOUT PETIT (XD) ET PLEIN DE DES !!! (oups, il y avait la majuscule !)

    4
    Mardi 24 Mai 2011 à 14:30

    @ Louloute 07... Qui ne connaît pas D&D ? C'est l'ancêtre des JDR et il demeure sans doute le plus populaire de tous, même s'il faut bien un jour jouer à autre chose pour élargir son horizon.

    5
    rafou2000 Profil de rafou2000
    Samedi 22 Juin 2013 à 11:02

    Belle exemple : La différence par contre c'est que à l'école, on risquer un zéro...

    C'était beaucoup moins drôle!

    6
    Samedi 22 Juin 2013 à 11:59

    Ah, mais en jeu de rôle aussi. 

    Je te présenterai certains MJ au regard assassin...

    7
    rafou2000 Profil de rafou2000
    Samedi 22 Juin 2013 à 12:33

    Tant que j'ai un perso de rechange ça me va!

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :