• PC - The Elder Scrolls V - Skyrim

    PC - The Elder Scrolls V - SkyrimLa province de Bordeciel est le territoire des Nordiques, une terre au relief accidenté faite de hautes cimes enneigées et de vallées encaissées où courrent des ruisseaux d'eau claire et où poussent des épineux. C'est là que se déroulera le cinquième volet des Elder Scrolls, la meilleure série de jeux de rôle sur PC. Je craignais, avec ma config qui fut glorieuse il y a quelques années déjà, que le jeu ne tourne pas sur ma machine mais je n'ai pas pu résister bien longtemps au besoin vital de me procurer un exemplaire de ce nouvel opus signé Bethesda. Skyrim installé et quelques réglages bidouillés, le jeu tourne finalement très bien avec seulement quelques ralentissements en extérieur mais rien de franchement gênant. Je n'ai bien entendu pas encore fait le tour du jeu, loin s'en faut, mais mes premières impressions me laissent penser que je vais enfin abandonner mon vieux Oblivion pour renouer avec du neuf !

    Exception faite de Daggerfall, tous les épisodes de la série vous mettent dans la peau d'un détenu et Skyrim ne fera donc pas exception à la règle. Vous voilà donc trimballé sur une cariole bien gardée au milieu de prisonniers des forces impériales. La province de Bordeciel est le théâtre d'une rébellion orchestrée par une faction religieuse dissidente et la soldatesque impériale entend bien y mettre bon ordre, quel qu'en soit le prix. Arrivé dans une petite bourgade, on procède à l'exécution des détenus par décapitation, mais alors que votre tête repose sur le billot, un dragon fait son apparition et sème terreur et destruction. Fuyant, les mains liées, vous devez rapidement faire un choix : allez-vous suivre l'impérial compatissant ou le rebelle revenchard ? De ce choix dépendra le premier tournant de la quête principale. J'ai personnellement opté pour l'impérial compatissant (après tout, on a passé quelques épisodes au service de l'Empereur, non ?). A partir de là, vous suivez encore brièvement un sentier tracé avant de retrouver la liberté propre à la série. 

    Sans aller plus loin dans l'histoire, il m'est déjà possible de tirer certaines conclusions. Le jeu est assez beau, même sur ma petite machine, bien que l'on sente qu'il se sentirait plus à l'aise sur un PC plus récent. Il semble que la ressemblance graphique tienne plus du Fallout 3 que de l'Oblivion. Le moteur des règles a quelque peu changé car il n'y a plus que trois caractéristiques : Santé, Magie et Vigueur. Celles-ci progressent en répartissant des points lorsqu'on change de niveau. Les compétences, au nombre d'une vingtaine, augmentent par la pratique et ouvrent les portes d'un arbre de dons liés que l'on doit également acheter avec des points lors du passage de niveau. Un brin compliqué là où tout tournait bien avant, mais une tentative, sans doute, de rapprocher cet aspect du jeu des standards actuels. Les petits jeux d'Oblivion (crochetage, corruption, etc.) ont disparu ou ont été remplacés. Pour crocheter, c'est désormais le système de Fallout qui a été repris. Pour convaincre les gens, il s'agit d'un simple test de compétence lors de certaines options de dialogue. Oblivion était plus fun de ce côté-là. Mais il ne faut pas bouder son plaisir, il y a aussi de vraies innovations, principalement en combat.

    Lorsque vous affrontez le dernier adversaire à portée, une cinématique s'enclenche lorsque vous portez le coup fatal, avec un ralenti et des mouvements assez jolis pour que chaque combat se termine en apothéose. L'utilisation du bouclier ou des armes de parade est également rendue plus intéressante et plus tactique, puisque vous pouvez porter un coup pour vous ouvrir une fenêtre d'attaque dans la défense de l'adversaire. Très réaliste et très fun. Par contre, il n'est toujours pas possible de se battre à cheval et ça, c'est vraiment dommage, car d'autres jeux moins récents le permettent et que c'est peu réaliste de devoir descendre de cheval pour frapper. La magie, elle aussi, a été rabotée et il n'est plus possible de créer ses propres sorts, mais je vous avoue ne pas encore avoir beaucoup exploré les voies magiques. Ah, créer son personnage est assez simple et vous n'avez plus à choisir de classe, seulement les aspects physiques de votre personnage (très esthétique). Bref, je me demande encore ce que je fais ici plutôt que de retourner en Bordeciel. Allez, on se tient au courant !

    « BD - Warhammer en bande dessinéeCasus (em)Belli(t) encore ! »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :