• PS2 - Baldur's Gate : Dark Alliance

    PS2 - Baldur's Gate : Dark AllianceJe n'ai jamais été branché consoles. J'ai toujours préféré jouer sur PC. L'évolution des jeux sur cette machine m'a finalement donné raison. Mais par hasard, j'ai eu entre les mains une PS2 avec un certain jeu un laps de temps assez court. Et rapidement, ce jeu s'est mis à ma manquer une fois hors de ma portée... Les années ont passé, mais toujours, j'y songeais. Ce jeu, c'est Baldur's Gate : Dark Alliance. Voilà un nom qui doit faire vibrer la corde de la nostalgie chez de nombreux joueurs sur PC. Baldur's Gate, le sommet du jeu de rôle sur cette machine, jeu duquel se revendiquent quantité de successeurs autoproclamés, mais aucun n'a réellement pu détrôner le grand ancien. 

    Et pourtant, Dark Alliance n'a rien de comparable avec Baldur's Gate. Mais chaque chose en son temps. Dans Dark Alliance, vous avez le choix entre trois personnages. En gros, on a un guerrier, un archer et un magicien. Le moteur de jeu rappelle assez bien celui du premier Neverwinter Nights et tout au long de votre quête, vous serez seul. Les interactions entre les personnages, qui avaient fait la gloire de Baldur's Gate, ne seront donc pas de la partie. En ce sens, Dark Alliance se rapproche plus d'un Diablo du point de vue du gameplay. Vous allez diriger votre personnage dans différents niveaux dont seuls de rares endroits inciteront à approfondir l'histoire, les autres n'étant que prétexte à faire du levelling et à vous trouver de l'équipement. 

    Le jeu permet à votre personnage de sauter, mais seuls quelques endroits dans le jeu requièrent réellement cette fonction. Sinon, ben vous passerez la plupart de votre temps à explorer, à frapper tout ce qui bouge et à vous revigorer en buvant des potions à profusion. En fonction du degré de difficulté choisi, celles-ci seront plus ou moins rares. Votre personnage commence au niveau 1 et terminera aux environs du niveau 20 (j'ai personnellement atteint le niveau 17 en mode facile). Quand votre personnage gagne un niveau (en accomplissant certaines quêtes mais surtout en tuant des monstres), il reçoit un nombre de points égal au nouveau niveau à répartir dans ses talents (frapper plus fort, plus vite, récupérer plus vite sa vie, gagner plus d'XP...). De temps en temps, il peut aussi augmenter ses caractéristiques.

    Mais c'est surtout au niveau de l'équipement que ça se passe. Armures, armes, anneaux, amulettes et bien entendu potions (faites le plein à chaque occasion), vous aurez l'occasion de trouver toujours mieux en progressant dans le jeu et en croisant la route de marchands (qui aiment à se promener avec 300.000 pièces d'or d'équipement et de change). Rapidement, l'optimisation de votre personnage deviendra votre principale raison de continuer, car l'histoire n'est pas ce qu'il y a de mieux dans Dark Alliance. La voici.

    Il y a des années, une brillante générale de la Porte de Baldur a protégé la ville de l'assaut de la Horde Noire. Mais lorsqu'elle a voulu poursuivre la Horde pour en finir, les Ducs qui dirigent la cité l'ont rappelée, estimant qu'il y avait eu assez de morts et que la Horde n'était plus un danger. Furieuse, la générale s'obstina et rassembla ses hommes pour marcher sur les restes de la Horde, bravant l'interdit des Ducs. Son armée fut détruite par une Horde revancharde. Considérant que cet échec était celui des Ducs, qui lui avaient refusé leur soutien, elle marcha alors sur la Porte de Baldur pour y prendre le pouvoir, mais elle fut repoussée et traquée jusque dans le Marais de Chélimbre. Là, elle fut tuée par des soldats loyaux. Mais sa colère était telle qu'elle revint d'entre les morts aux commandes d'une nouvelle armée de l'ombre et d'une tour d'onyx tirée des plans extérieurs. De son poste de commandement, elle envoya ses lieutenants occuper les sous-sols de la cité ennemie. C'est là que votre personnage intervient. Détroussé par des voleurs, vous allez vous lancer dans une vendetta qui vous mènera au premier lieutenant, puis de fil en aiguille (ou plutôt de portail en portail), vers les montagnes puis le marais. A chaque fois, vous vous rapprocherez de la générale et vous finirez par l'affronter.

    Les boss sont assez faciles à tuer, c'est plus le nombre des adversaires qui pose problème, ainsi que la rareté des potions de guérison lorsque l'action se fait réellement dangereuse qui vous donneront du fil à retordre. Mais au final, j'ai réellement pris mon pied en jouant à Dark Alliance. Et il me tarde de me (re)plonger dans le second volet de la série...

    PS2 - Baldur's Gate : Dark Alliance

    PS2 - Baldur's Gate : Dark AlliancePS2 - Baldur's Gate : Dark AlliancePS2 - Baldur's Gate : Dark Alliance

    « Harry Potter, le jeu de rôle, seconde édition

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :